Tales of the world episode 57 – La rumeur du monde est un blanc

Quand les affaires du monde atteignent une certaine vitesse de croisière, à savoir, les différentes factions combattantes s’entretuent de manière régulière en Syrie, Ukrainiens et Russes continuent la ronde absurde de démagogie et violence, l’Europe s’enfonce lentement dans une indifférence meurtrière, la Thaïlande ré-invente le concept de coup d’état, l’Inde choisit un meurtrier en masse comme dirigeant et les stars défilent à Cannes, Le Guardian, bastion de la presse démocratique en Angleterre publie sur la première page de sa version en ligne des recettes pour des brioches à la cannelle parfaites !

C’est le signe qu’on peut respirer ! enfin, armés de ces odorants petits bonheurs et d’un bon café on peut finalement surfer les pages internet pour voir ce que le monde fait quand l’apocalypse n’est pas annoncée à la une.

Je m’attends à des découvertes scientifiques, des analyses des phénomènes sociaux et économiques complexes, et quelques bonnes nouvelles, par ci, par là, pour la bonne bouche.

…..

Non, mes chers auditeurs, ce n’est pas une défaillance technique. Ce que vous venez d’entendre, est le blanc de la rumeur du monde, qui existe en dessous des décibels poussifs des crises.

A force de refléter tout ce qui se passe, dans la plupart des cas avec une même voix, les nouvelles et les quelques analyses se mélangent dans le regard et l’oreille de l’auditeur, de l’Equateur jusqu’en Indonésie et d’Argentine jusqu’en Russie. Après tout, ce n’est peut être pas surprenant. A l’heure où notre monde devient de plus en plus homogène, les critiques des forces de l’uniformité sont poussées elles mêmes à s’uniformiser, renforçant ainsi à l’infini le grand blanc du principe d’identité parfaite et du tiers exclu.

La différence existe, les différents se multiplient aussi, mais, pris dans le chœur blanc et écrasant de la multitude informe, ils n’arrivent à se faire entendre que lorsqu’ils atteignent des notes de désespoir sanglant ou des cris insensés de joie.

Musique: Yo la Tengo – My little corner of the world

A écouter aussi sur Podcastsuisse.ch